© 2016-2019 Photos et textes de Popcorn & Pellicule - Tous droits réservés

"CHOCOLAT", LE FILM

02.02.2016

 

J’écris à chaud juste aprés avoir été à l’avant première de ce film.
Oui oui, un peu d’engouement la p’tite, mais c’est Omar, je suis assez fan(atique!).

 

Avant la sortie du film, je ne savais pas qui était Chocolat. Ma grand mère m’en avait déjà parlé (oui, oui mais depuis que je suis minus, je le dit qu’elle sait tout !) par rapport à Toulouse Lautrec, un peintre et affichiste de la belle époque (jusque là, il n’avait pas suscité ma curiosité plus que ca) qui avait déjà fait le portrait de ce cher Chocolat

 

 

 

Le peintre était issu d’une famille noble et avait des problèmes de santé liés à la consanguinité (et oui, qui dit noble dit mariages entre cousins pour éviter de disperser la fortune) : petite taille et fragilité des os, des handicaps dont il s’est servi pour provoquer ou amuser. Cette différence expliquait la proximité qu’il entretenait avec des artistes de cirques (entre autres) qui pouvaient être sujets à des malformations ou «spécificités». Ils étaient montrés comme des «bêtes de foire». Autrement dit, dés qu’on était différent on était un objet de divertissement pour les autres. Chouette ! M’enfin c’est pas le festival de Cannes les gars, loin de là ...


Pendant un cours à la fac, on nous avait parlait de ces hommes qu'ont appelés "monstres", c’était plutôt effrayant et ca me paraissait impossible que le cirque avant ca pouvait ressembler à ca. Mais si : des «nains», des «gros», des «noirs», «des bridés», «des femmes à barbes» ... et c’est ainsi qu’on les appelait bien gentiment !

 

C'est dans un environnement comme celui-ci que nous allons faire connaisance de Chocolat et du cirque du XIXéme siècle.

 

Le film

 

Le film nous conte donc la vie du premier comédien français noir, à partir de sa vie d’artiste au cirque Delvaux, (cirque de campagne itinérant) ou il a le rôle du cannibale. 
Le clown "Footit" qui jouait dans le même cirque voulait se refaire, amener du nouveau dans son numéro. Il lui propose de s’associer pour jouer le clown blanc et l’Auguste : en effet, ils tenaient l’exclusivité, c’était la première fois que les gens voyaient un tel duo.

 

 

Trés vite remarqués, ils se sont rendus à Paris, au Nouveau Cirque. C’est la grande ville, le cirque est complétement différent : belle et grande salle, costumes travaillés, public plus nombreux...  Et c’est le grand succés : le clown blanc autoritaire qui corrige l’idiot noir à longueur de spectacle.

L’humiliation,  mais c’est génial comme accroche ca ! Oui les gens se marraient bien, mais le statut de l’homme noir dans leur numéro était encore et toujours la même : le soumis à l’homme blanc. [même aprés l’abolition de l’esclavage  qui n’est pas si loin à l’époque, puisqu’il l’a été enfant, à Cuba et en Espagne] Les mentalités ont du mal à changer et n’ont pas beaucoup évoluées.

 

Ressenti


Alors on se demande si Chocolat est considéré comme un Homme de cirque, un artiste ou une bête de foire par le public, les autres artistes, le directeur du cirque ... On cherche un petit peu ou est la limite d'ailleurs.
Dans cette ambiance générale de racisme et de discrimination, les personnages évoluent et moi je suis bouleversée (une fois de plus). Des restes de l’esclavage encore bien ancrés: en effet, quand on est éduqués en apprenant les différentes «races» humaines et la théorie qui existait sur cette hiérarchie entre elles ... difficile de faire dans l’égalité entre tous. 
On ressent ca à plusieurs reprises dans le film : sur des questions de salaires ou d'amour entre autres.

 

Bref une vie d’artiste pas trés reconnue à part dans son rôle de souffre douleur. Et pourtant, il a son rôle dans l'Histoire.


Le film est bouleversant, il vous chamboule, et fait réfléchir: l’humanité, l’évolution des mentalités, comment l’éducation peut jouer sur votre maniére de penser... bref il est à voir et aussi à creuser (l’histoire du film différe légèrement avec l’histoire vraie et c’est intéressant d’en connaitre un peu plus).

 

Les acteurs

 

Je donne encore et toujours «ma palme» à Omar Sy  qui est formidable dans ce rôle : tout de lui vous prends aux tripes,  sa sensibilité, son rire, son humour, sa force... on s'y croirait !
Mais aussi, James Thierrée, qui tiens ce rôle du clown toujours triste à merveille. On peut dire que c'est de famille puisque c'est le petit fils de Charlie Chaplin.
 
Et maintenant A VOUS DE VOIR ! Bisettes ❤

 

Please reload

Articles similaires

Please reload